Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 09:41

Les Chambaran : Un espace en manque de reconnaissance

 

« Face aux influences des agglomérations, instituées notamment par trois SCOT (Grenoble, Vienne et Valence), les Chambaran doivent s'organiser afin de défendre leurs intérêts. »

Telle était l’une des conclusions d’une étude demandée par le GAL Leader + Chambaran et l’association Massif de Chambaran en 2006.

       (http://www.massifdechambaran.fr/mediapool/53/539751/data/Dossier_complet_M2ADR_2006.pdf)

 

Plus en détail, les conclusions s’articulaient autour de l’idée de : «  Conserver la vocation rurale et naturelle propre aux Chambaran dans un contexte de desserrement des agglomérations voisines »

Pour permettre sa concrétisation, trois grands axes se dégageaient :

 

- Maintenir et développer les activités économiques :

·                     Développer la filière sylvicole et la filière bois énergie

·                     Structurer, développer et promouvoir le tourisme et les loisirs

·                     Maintenir une agriculture durable adaptée aux marchés

 

- Préserver et mettre en valeur le paysage :

·                     Préserver et maintenir le patrimoine forestier, naturel et paysager

·                     Valoriser le patrimoine naturel et bâti

 

- Améliorer le cadre de vie et organiser l’accueil de nouvelles populations :

·                     Maîtriser l’aménagement du territoire pour une meilleure gestion du foncier

·                     Renforcer les bourgs-centre par l’offre de services

 

Mise à part la création d’une charte forestière Chambaran, aucune de ces actions n’a pu être entreprise par manque de prise en compte de leur importance. Le massif de Chambaran reste fortement menacé (projet industriel polluant, urbanisation non contrôlée, déstructuration du tissu rural…)

 

Center parcs « Domaine de la forêt de Chambaran » : Un outil de préservation du massif de Chambaran.

 

Pour la première fois, l’espace Chambaran, avec cet équilibre fragile entre un espace naturel (forêt anthropisée et non forêt primaire) et un espace agricole, a la possibilité d’être maitre de son développement. La ressource financière principale (fiscalité directe et induite) sera liée directement à la ressource territoriale (espace naturel et agricole). Et donc, les actions précédemment citées (préserver, valoriser et développer) pourront être entreprises.

 

Oui, mais à quel prix ?

 

-200 hectares de forêt dont (91 déboisés) comparés aux 33 000 hectares du domaine forestier couvert par la charte forestière Chambaran et même aux 3 500 hectares de la commune qui pourront être préservés et valorisés, pour ma part le choix est vite fait.

-1080 mètres cube d’eau par jour pour 4 500 personnes soit 240 litres par personne et par jour. La consommation domestique moyenne d’un français est de 150 litres par jour. S’il fréquente une piscine municipale, sa consommation augmente d’environ 80 litres. Les chiffres sont importants mais, en fait, la consommation en eau d’un touriste dans un center parcs est très proche de celle d’un habitant fréquentant une piscine collective.

-Ponction de la nappe phréatique : Les 150 hectares non imperméabilisés du site fournissent environ 500 000 mètres cube d’eau au réseau aquifère profond (Thèse de Mr De La Vaissière ; http://www.lha.univ-avignon.fr/Theses/Remi%20de%20La%20Vaissiere/These%20RDLV%20Aquifere%20bassin%20Valence.pdf )

C’est donc  un peu plus de 1 300 mètre cube jour qui pénètrent le sol à destination des nappes phréatiques. A comparer aux 1 080 ponctionnés, le site reste donc excédentaire dans son bilan apport-prélèvement.

-Pollutions environnementales : La construction en bâtiment basse consommation, l’utilisation de bois déchiquetés comme source principale d’énergie, les déplacement sur le site en vélo… autant de points en faveur de l’environnement à mettre en balance avec les 600 km aller retour effectués en moyenne pour venir sur le site par les touristes. Les autres formes de tourisme ont-elles moins d’impact environnemental ?

-Quant aux zones humides : « On entend par zone humide les terrains exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre, de façon permanente ou temporaire ; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année » ( http://www.developpement-durable.gouv.fr/Qu-est-ce-qu-une-zone-humide.html ). Le bois des Avenières a été classé zone humide en cours d’élaboration du dossier. C’est une bonne chose car les garanties de minimiser les impacts négatifs sont d’autant plus grandes. Je fais confiance à la FRAPNA Isère et à sa compétence dans son analyse technique du dossier et des mesures compensatoires à mettre en place ( http://www.frapna.org/isere/content/view/189/47/ ).

 

Conclusions :

 

Le bois des Avenières dans le massif de Chambaran n’est pas une forêt primaire mais un espace forestier forgé par l’homme. Il n’y a donc aucun argument qui permet de  décider de sa « muséification ». L’implantation d’un center parcs ne va pas, certes, sans nuisance environnementale, mais l’enjeu pour le Chambaran étant tellement important et l’impact environnemental étant maitrisé autant que possible, je ne peux que soutenir ce projet.

 

Olivier DUMAS

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Des Citoyens favorables au Center-Parcs de Roybon - dans Projet
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Bienvenue au Center-Parcs de la Forêt de Chambaran
  • : Ce blog publie du contenu informatif émanant des personnes favorables à la réalisation du Center-Parcs de la Forêt de Chambaran sur le territoire de la Commune de Roybon en Isère.
  • Contact

Recherche

Liens